Arabie saoudite

À propos du pays

Arabie saoudite – le plus grand État de la péninsule arabique, l’un des pays les plus riches de la planète, une monarchie théocratique aux réserves de pétrole inépuisables, qui reste un mystère pour les touristes. Jusqu’à récemment, seuls des diplomates, des hommes d’affaires et des pèlerins venaient ici – les coutumes religieuses sont si fortes et strictes, la société locale est si fermée.

Mais la situation évolue progressivement: des visas touristiques sont délivrés aux étrangers, des hôtels (correspondant aux normes de la charia) apparaissent dans les grandes villes, les stations balnéaires de la mer Rouge et du golfe Persique regorgent d’infrastructures. Bien sûr, pas de discothèques et de casinos, mais le service est raffiné et le public est respectable.

Vous devriez venir ici pour les superbes panoramas des montagnes d’Al-Hijaz, les plages de cartes postales, les excursions dans le désert où les Bédouins errent depuis des millénaires et les parcs nationaux avec une nature unique. Pour le plaisir de la plongée passionnante, des jeux de fauconnerie et des concours de beauté de chameau. Et pour le plaisir des sites islamiques antiques: les non-musulmans sont interdits d’entrer dans la légendaire Mecque et Médine, mais de nombreuses mosquées, palais et forteresses sont accessibles pour la visite.

Régions et stations balnéaires d’Arabie saoudite

La capitale est Riyad, une métropole de 7 millions d’habitants, qui s’est développée au XVIIIe siècle à partir d’un village modeste. Son nom se traduit par «lieu de jardins», mais aujourd’hui les gratte-ciel et autres bâtiments modernes poussent ici plus vite que les arbres. Ce qui vaut même le futuriste Burj Al-Mamlyaka – 99 étages avec des bureaux, des appartements de luxe et un centre commercial. Riyad est généralement une «jeune» ville: près de la moitié des habitants ont moins de 30 ans, ils sont divertis par une série de boutiques, restaurants, cafés et musées. Les attractions historiques sont concentrées dans la région d’Al-Bataa, la plus célèbre étant la forteresse Masmak.

En 2018 , après une interdiction de 40 ans, le premier cinéma a été ouvert dans la capitale – Black Panther de Marvel a rassemblé une salle comble.

Le statut de la capitale économique appartient à Djeddah – le plus grand port de la mer Rouge. Fondée au 6ème siècle avant JC e. immigrée du Maghreb, elle est entourée de traditions religieuses: c’est ici que se trouvent la tombe de la première femme d’Eve et le principal point de transit des pèlerins pratiquant le hajj. Les touristes sont attirés par les charmantes demeures du quartier El Balad, construites en blocs de calcaire corallien, et les marchés orientaux traditionnels, dont le plus populaire est le souk El Alawi.

Et Djeddah est une ville de statues: plus de 400 compositions de sculpteurs locaux et de renommée mondiale s’affichent dans les rues.

La Mecque et Médine n’ont pas besoin d’être introduites: avec Jérusalem, ce sont les principales villes pour les croyants islamiques. À La Mecque, où le prophète Mahomet est né, la plus grande mosquée du monde, Al-Haram, est située, pouvant accueillir jusqu’à 900 000 personnes. la personne. Son cœur est le sanctuaire de la Ka’ba, où les visages de tous les musulmans sont adressés lors des prières quotidiennes. À proximité de Médine, où le prophète est décédé, la première mosquée Al-Cuba au monde a été construite. L’entrée sur le territoire des deux villes est autorisée exclusivement aux musulmans.

Les stations balnéaires les plus populaires sont Half Moon Bay avec une longue côte de sable près d’Al Khobar et Obir dans la banlieue de Djeddah, choisies par les plongeurs. À Najran, près de la frontière avec le Yémen, de l’encens et de la myrrhe sont produits depuis longtemps, et dans le haut al-Mount Taif – huile de rose et miel. Des émigrées d’Inde, du Pakistan, d’Égypte et de Syrie viennent à Al-Dammam, et des femmes arabes avancées qui souhaitent étudier la médecine, la dentisterie et l’économie domestique dans des facultés «féminines» spéciales viennent à Hofuf.

Climat

Le climat de l’Arabie saoudite est un test pour les Européens: en été, la colonne du thermomètre cloue entre +40 … +50 ° C, et parfois il monte encore plus haut, sécheresse partout et chaleur suffocante. Dans le même temps, dans le désert avec le début de l’obscurité, l’air se refroidit souvent à 0 ° C, car le sable dégage rapidement la chaleur accumulée pendant la journée.

Il est plus facile de respirer dans le sud-ouest, dans la province d’Asir, encadrée de montagnes et purgée par les moussons de l’océan Indien.

Relativement confortable en janvier-février, lorsque la température au large des côtes de la mer Rouge chute à +20 … +30 ° C, et dans les zones désertiques – jusqu’à +8 … +20 ° C La neige ne peut tomber que dans les montagnes occidentales de Jizan, et même une fois tous les deux ans, mais des brouillards épais dans les hautes terres sont fréquents. Au total, environ 100-200 mm de précipitations se produisent chaque année, avec des pluies dans le centre et l’est uniquement de février à avril, et à l’ouest de novembre à février. Pour les voyages il vaut mieux choisir la basse saison: septembre-octobre et mai avec un temps agréable.

Visa et douanes

Pour visiter l’Arabie saoudite, les citoyens russes ont besoin d’une assurance médicale et d’un visa: à partir de l’automne 2019. Vous pouvez obtenir un e-touriste. Il met une marque sur la religion, sur la base de laquelle les musulmans sont admis à La Mecque et à Médine.

Plus récemment, les femmes auraient dû être accompagnées de pères, de frères, de maris ou de fils adultes, mais maintenant les touristes de plus de 18 ans peuvent venir seuls. Les citoyens israéliens ne sont pas autorisés à entrer.

L’importation et l’exportation de devises étrangères sont autorisées, des montants à partir de 16 000 USD doivent être déclarés. L’importation et l’exportation de monnaie nationale et de shekels israéliens sont interdites. Aux douanes, jusqu’à 600 cigarettes (100 cigares ou 500 g de tabac) sont passées, ainsi que des parfums et des vêtements à usage personnel. Les prix sur la page sont pour octobre 2019.

En vertu de l’interdiction, les armes, la pornographie (même des magazines sur papier glacé peuvent lui être attribués), des livres religieux en plus du Coran, de la littérature hébraïque et des produits israéliens, de la nourriture, du soda, des perles naturelles, toutes sortes de palmiers et leurs fruits.

Les médicaments doivent être accompagnés d’ordonnances d’un médecin, l’expulsion est menacée de transport d’alcool et la détention et la peine de mort pour les drogues.

Les chiens et les chats de plus de 4 mois nécessitent un passeport vétérinaire international, une puce, un certificat de vaccination antirabique, un permis en ligne du ministère saoudien de l’Agriculture et un certificat vétérinaire délivré 5 jours avant le voyage. Les appareils photo, tablettes et autres appareils sont soigneusement vérifiés et taxés avec une caution restituée au départ. Les antiquités et produits artisanaux peuvent être exportés s’il y a des reçus du vendeur.

Comment se rendre en Arabie saoudite

L’aéroport King Khalid est situé à 35 km au nord de Riyad, mais le plus grand du pays est l’aéroport international King Fadh à Ed Dammam. Il y a aussi une porte d’air à Djeddah où la plupart des avions avec des pèlerins planifient un hajj.

Il est plus pratique de voler de Moscou à Riyad avec le transporteur Pegasus: départ de Domodedovo, transfert à Istanbul, billets – à partir de 390 USD aller-retour, de 10 à 12 heures. Pobeda et Nas Air proposent des vols au départ de Vnukovo pour 490 USD aller-retour, sur la route à partir de 10 heures avec une correspondance à Dubaï. Air Arabia passe par Sharjah pour 510 USD dans les deux sens et 18-20 heures.

Des taxis circulent de l’aéroport au centre de la capitale arabe (70-80 SAR, environ une demi-heure), et le métro apparaîtra bientôt (ligne jaune L4).

Vous pouvez obtenir de Saint-Pétersbourg avec Turkish Airlines via Istanbul (à partir de 600 USD aller-retour, à partir de 13 heures), Lufthansa via Francfort (à partir de 620 USD, durée similaire), Aeroflot et “Saoudien” à travers Rome (à partir de 725 USD et 12 heures).

Pegasus (à partir de 10 heures de Domodedovo via Istanbul, à partir de 345 USD aller-retour) et Gulf Air (à partir de 10 heures via Manama, à partir de 440 USD) sont livrés de Moscou à Ed Dammam, à partir de Saint-Pétersbourg – le tandem de “Gulf Air” et “Es Seven” (à partir de 11,5 heures via Moscou et Manama, à partir de 590 USD).

Des vols au départ de la capitale russe vers Djeddah seront organisés par Pegasus (à partir de 365 USD des deux côtés, à partir de 9,5 heures via Istanbul), Aeroflot et Aegean Airlines (à partir de Sheremetyevo, liaisons à Istanbul et Athènes, à partir de 20 heures et 470 USD), depuis la capitale du nord – «Victory» et «Pegasus» (billets à partir de 505 USD, en route à partir de 19 heures avec transferts à Moscou et Istanbul).

Rechercher des vols vers l’Arabie saoudite

Transports

Il existe plusieurs compagnies aériennes régionales dans le pays, les principales sont Saudi Arabia Airlines (Arabie saoudite), Nas Air et Al-Maha. Presque tous les vols interrégionaux sont effectués à travers la capitale, les avions sont en excellent état, le service est également à la hauteur. De Riyad à Ed Dammam, vous pouvez voyager pour 175 SAR aller simple (une heure dans les airs), jusqu’à Djeddah – pour 470 SAR (1 heure 40 minutes).

La connexion ferroviaire est peu développée, les trains relient Riyad à Al-Khufuf, Harad et Dammam, à l’avenir, ils prévoient d’ouvrir la voie à Djeddah, Al-Jubail, La Mecque et d’autres villes. Les voitures sont confortables, les billets sont vendus dans les gares et en ligne (sur. site web en anglais ), le tarif de la capitale à Ed Dammam en 2e classe – à partir de 80 SAR.

Les bus interurbains appartiennent à la Saudi Public Transport Company (of. site web en anglais ), une flotte de 2000 voitures dessert la capitale, Djeddah, La Mecque, Médine et d’autres grandes villes. La plupart des bus sont confortables, climatisés, les premières rangées sont conçues pour les femmes et les enfants, mais les étrangers utilisent rarement ce type de transport, préférant louer une voiture. Au fait, le prix n’est pas bon marché: un billet de Riyad à Djeddah coûte 175 SAR, à Abha – à partir de 190 SAR.

Transports publics urbains

Le système de transport urbain de l’Arabie saoudite est toujours en cours de développement. La métropole de 6 lignes et 85 stations ouvrira en 2019-2020. , les plans comprennent également la construction d’un métro à Djeddah, mais à La Mecque, il y a déjà un métro souterrain, mais il ne dessert que les pèlerins et ne fonctionne que pendant la période du Hajj.

Les réseaux de bus sont également à leurs balbutiements: il y a 6 lignes à Riyad et à Djeddah, mais les bus circulent rarement et de manière aléatoire, le prix est de 2 SAR. Le meilleur moyen de transport dans les villes est les taxis, ils doivent être réservés par téléphone à l’avance. Il n’y a pas de mètres, donc le prix doit être convenu avant l’atterrissage: le tarif moyen pour 1 km est de 5-6 SAR.

La plupart des chauffeurs de taxi ne parlent pas anglais, vous devrez donc confier l’appel et la discussion de l’itinéraire à un arabophone. Il est interdit aux femmes de prendre un taxi seules ou accompagnées d’hommes qui ne sont pas des conjoints ou des parents de sang.

Communications et Wi-Fi

Le réseau cellulaire couvre toutes les grandes villes d’Arabie saoudite, sans communication, vous ne pouvez rester que dans un désert désert. Les principaux opérateurs de téléphonie mobile sont Saudi Telecom Company (STC), Mobily et Zain. Les cartes SIM sont vendues dans les bureaux d’entreprise ouverts dans les aéroports, les hôtels, les centres commerciaux et les rues centrales, et un passeport avec un visa est nécessaire pour se connecter.

Le coût moyen des «cartes SIM» est de 40 à 50 SAR et les tarifs prévoient généralement des négociations libres avec les abonnés locaux. STC a des cartes prépayées pour les étrangers. Tarifs Ziyara à 30-70 SAR (20 SAR sont crédités sur le compte) avec appels vers la Russie à 3,50 SAR par minute.

Les téléphones publics deviennent de moins en moins chaque année, les autres sont destinés aux appels locaux et internationaux et acceptent à la fois les pièces et les cartes téléphoniques STC, qui sont vendues dans les kiosques, les magasins et les stations-service.

Il n’y a pas de problème avec Internet, il y a des points Wi-Fi dans la plupart des hôtels et restaurants. Il y a des cafés Internet dans les bureaux de poste, les centres d’affaires et dans les principales rues de la ville. Pour toujours rester en ligne, il est préférable de connecter une carte SIM: par exemple, 3-6 Go de trafic sont inclus dans les forfaits Ziyara Rates.

Hôtels en Arabie saoudite

Il y a relativement peu d’hôtels en Arabie saoudite, mais presque tous sont confortables, avec des chambres soignées et un service de haute qualité. Cependant, les prix sont également appropriés: les «quatre» et les «cinq» sont plus chers que les européens. Les «étoiles» sont principalement attribuées aux succursales de grands réseaux internationaux, dans d’autres cas, il vaut mieux se concentrer sur les avis des clients.

À Riyad, les hôtels-appartements sont axés sur les voyageurs d’affaires et leurs familles. Les hôtels de La Mecque sont conçus pour les pèlerins, et sont donc conformes aux normes de la charia: dans les restaurants, ils servent de la nourriture halal, l’alcool est interdit, dans les piscines – un horaire séparé pour les hommes et les femmes.

Soit dit en passant, le gouvernement local a récemment franchi une nouvelle étape pour attirer les touristes: les femmes peuvent désormais réserver des chambres sans l’autorisation écrite d’un tuteur masculin et les couples étrangers sans certificat de mariage.

Il n’y a pas d’auberges et de maisons d’hôtes, l’hébergement le plus économique est proposé par les modestes hôtels de La Mecque ou de Djeddah: à partir de 35 SAR par jour pour une chambre double avec salle de bain (certaines exclusivement pour hommes). Une chambre double dans l’appart-hôtel de la capitale coûtera de 70 à 80 SAR par jour, en treshka – de 140 à 150 SAR. Pour avoir le luxe de séjourner dans le «Five» à la mode ou dans un chalet spacieux à Riyad, vous devez débourser au moins 550-600 SAR par nuit.

La tension dans le réseau électrique arabe est de 127 V et 220 V, les prises sont à la fois familières F et nécessitent des adaptateurs A, B et G.

Argent

L’unité monétaire du pays est le riyal saoudien (SAR), en 1 riyal 100 halal. Taux actuel: 1 SAR u003d 17,1 RUB (1 USD u003d 3,75 SAR, 1 EUR u003d 4,15 SAR).

Les devises peuvent être échangées dans les banques, les magasins, les machines à changer et peuvent être échangées dans des bureaux situés partout. Les bureaux de change dans les aéroports sont ouverts 24h / 24, la plupart des banques sont ouvertes du samedi au mercredi de 8h00 à 12h00-13h00 et de 16h00 à 17h00 à 18h30 à 20h00, le jeudi – jusqu’à midi, Vendredi est un jour de congé. Il est plus avantageux de se tourner vers des bureaux de change privés; le cours le moins attractif est dans les hôtels et les aéroports. Dans certains endroits, on trouve encore des pièces de kurush obsolètes, mais elles ne peuvent être payées que sur les marchés des provinces éloignées, seul le halal est accepté dans les magasins.

Les hôtels fixent des primes de 10 à 15% pour les services, vous ne pouvez donc pas laisser de pourboire, mais le personnel est unanime et ne refusera pas une récompense bien méritée.

Les cartes de crédit des systèmes de paiement internationaux sont acceptées dans presque tous les grands hôtels, restaurants et centres commerciaux. Les espèces peuvent être retirées des distributeurs automatiques de billets à proximité des banques et des magasins, et il est inutile de transporter des chèques de voyage: s’il n’y a pas de compte dans une banque locale, il est pratiquement impossible de les encaisser.

Éviter les problèmes

Le taux de criminalité est constamment bas: dans les villes, la police surveille attentivement la sécurité, les provinces apprécient le calme et sont amicales avec les étrangers (à moins, bien sûr, qu’elles respectent leurs coutumes). La sévérité de la loi ne peut être écartée: pour la contrebande, le vol, la consommation d’alcool et de drogues, les jeux de hasard, les relations homosexuelles et d’autres transgressions peuvent vous couper la main, voire vous priver la tête.

En Arabie saoudite, ils pratiquent la décapitation, les crucifix, les exécutions et la lapidation à mort – sur les places principales, avec des émissions de télévision. Sans surprise, les habitants ne sont pas trop disposés à commettre des crimes.

Le principal danger pour les étrangers se heurte aux normes de comportement les plus strictes: des agents de la garde de la charia de la Mutawva patrouillent dans les rues et arrêtent les auteurs. Rendez-vous au sens littéral pour les vêtements: pour les femmes – pas de jupes courtes, de décolleté et de coupes, les cheveux ne font pas mal à ramasser et à couvrir avec un foulard (il n’y a pas d’exigence obligatoire pour les étrangers, mais il vaut mieux ne pas le risquer). Dans les lieux publics, il est permis de bronzer et de nager exclusivement en maillot de bain couvrant tout le corps (les bikinis séparés ne sont autorisés que sur certaines plages clôturées des hôtels). Il est interdit aux hommes d’apparaître en public en short et avec des manches au-dessus du coude.

En aucun cas, nous ne devrions discuter du système politique et religieux actuel – au moins l’expulsion est assurée.

Il n’est pas non plus utile de porter des vêtements arabes nationaux, cela peut provoquer une indignation généralisée. Dans le même temps, les Bédouins habillent souvent les invités dans des robes traditionnelles, témoignant ainsi de l’hospitalité et du respect. L’interdiction de filmer dans les lieux publics a récemment été annulée, mais photographier des propriétés privées et des passants ne peut se faire qu’avec une autorisation préalable, et vous ne pouvez même pas pointer l’objectif vers des installations militaires et gouvernementales.

Avant le voyage, vous devez vous faire vacciner contre le paludisme, la fièvre typhoïde, le tétanos, la diphtérie, l’hépatite et la rage. Le soleil d’Arabie est impitoyable, ce qui signifie que vous ne pouvez pas vous passer de lunettes de soleil, de chapeaux et d’outils avec SPF.

Numéros de téléphone utiles

Ambassade de Russie à Riyad: Al-Wasiti str. Rahmania 13; tél. : (8-10-966-11) 481-18-75, (8-10-966-11) 481-14-32.

Ambulance: 997

Police: 999

Service d’incendie: 998

Police de la circulation: 993

Plages d’Arabie saoudite

De l’ouest L’Arabie saoudite est baignée par la mer Rouge, de l’est par le golfe Persique, il y a donc de nombreuses plages, le sable est propre et doux, l’eau est chaude et claire. Voici juste des locaux qui nagent et prennent le soleil dans leurs vêtements ou des maillots de bain musulmans, qui rappellent davantage les combinaisons spatiales, et les étrangers ne peuvent pas non plus être exposés. Les hommes doivent rester en T-shirts et shorts, les femmes ont besoin des mêmes maillots de bain fermés.

Une exception – certaines plages d’hôtels dans la mer Rouge où des bikinis séparés (mais encore plutôt modestes) sont autorisés. Un exemple frappant est le Corel Resort sur l’île de Farasan avec des baies isolées, des hôtels et des restaurants européens avec une cuisine internationale.

Les stations balnéaires les plus célèbres se concentrent sur les rives de la mer Rouge. Yanbu al-Bahr dans la ville du même nom est l’un des plus bien entretenus du pays, avec des palmiers photogéniques, des aires de jeux, des chaises longues et des parasols. Silver Sands à Jeddah n’est autorisé que par passeport, mais il y a toutes les conditions pour se détendre en famille: aires de jeux, location de matériel, douches avec eau douce, toilettes. Les amateurs de solitude devraient choisir la plage sauvage de Hakl avec des dunes pittoresques, des falaises rocheuses et une vue inoubliable sur les montagnes du Sinaï – l’Égypte est juste en face.

La plage d’Al-Fanatir à Jubail avec un territoire bien entretenu, des pizzerias et une connexion Internet gratuite, la plage d’Aquir à Al Khufuf avec des kiosques, des commodités et de l’eau cristalline sont populaires sur la côte du golfe Persique. Half Moon Bay à Al Khobar, connue pour sa forme en croissant, attire les amateurs de vacances actives qui peuvent utiliser des yachts, des skis nautiques et des scooters, la pêche et le parachute ascensionnel.

Plongée

La côte arabe de la mer Rouge est une destination idéale pour les plongeurs et les plongeurs. Dans les eaux locales, il y a environ 2000 espèces de coraux (y compris les plus rares noirs), des «jardins» multicolores s’étendent sur 1800 km. En raison du fait que le pays est resté longtemps fermé aux touristes, les récifs sont presque intacts et ravissent d’une beauté immaculée. Des dauphins, des baleines à bosse, des murènes, des oursins, des requins et toutes sortes de poissons d’eaux profondes vivent ici, des navires coulés reposent au fond, des grottes et des canyons regorgent de secrets.

Le meilleur moment pour la plongée est l’automne et le printemps: il pleut peu, l’air n’est pas trop chaud, la température de l’eau est de +25 … +28 ° C, visibilité jusqu’à 30 m.

La liste des sites de plongée les plus populaires comprend les récifs coralliens d’Ala, où vous pouvez rencontrer des diables de mer, des vivaneaux Kamepechinsky avec des écailles rose fluo, des balistes et, surtout, des requins de récif, de baleine et de requin-marteau. Mur Redma Wall avec une profondeur de 12 m est soumis aux plongeurs de tout niveau de formation, et l’épave de chaudière à cargaison lourde (18-45 m) est soumise aux maîtres de la plongée sur mur, grotte et épave.

Des écoles de plongée certifiées sont ouvertes aux alentours de Jeddah et Ed Dammam: les débutants se voient offrir les services d’instructeurs, les plongeurs avancés peuvent louer du matériel et des bateaux, organiser des excursions et safaris d’une journée et de plusieurs jours. Les cours de formation coûtent à partir de 500 SAR, des visites privées avec transfert, équipement et boissons – environ 3500-4000 SAR.

Shopping en Arabie saoudite

En Arabie saoudite, il n’y a presque pas de cinémas, il n’y a absolument aucun bar avec alcool, discothèques, casinos et autres divertissements occidentaux. C’est peut-être pourquoi ils aiment tant faire du shopping – quoi d’autre pour s’amuser à votre guise? Les marchés pittoresques de «chiennes» sont dispersés dans tout le pays avec d’innombrables bijoux, objets d’artisanat et antiquités, mais les centres commerciaux modernes avec des produits de luxe et abordables sont également populaires.

Vous pouvez négocier partout sauf dans les grands supermarchés: parfois le prix est abaissé de 30 à 40%, transformant les négociations en un jeu passionnant. De nombreux magasins ont un système de rabais, mais ils peuvent également être augmentés après un différend avec le vendeur.

À Riyad, vous devriez regarder le marché Al-Tumayri avec des produits de style national, à Jeddah – au célèbre El-Alawi, à Médine – au Taiba intérieur. Sur les étagères, vous trouverez des perles habiles, des éditions richement décorées du Coran, des châles arafat traditionnels qui peuvent se transformer en un accessoire unisexe à la mode. Le voyage sera rappelé par des poignards incurvés avec des fourreaux élégants, des cafetières, des tapis et des oreillers colorés, des huiles aromatiques à base d’ingrédients naturels, des sandales en cuir et des bijoux avec des ornements fantaisies et une écriture arabe.

Les meilleurs souvenirs gastronomiques – délices turcs, sorbet, baklava, fruits secs, sets d’épices, lait de chamelle dans des contenants scellés.

Le centre commercial le plus en vogue est la capitale Al-Faisaliya avec des boutiques de marques de luxe, des aires de restauration et des zones de loisirs, et le plus grand est le Mall of Arabia à Djeddah. Dans le gratte-ciel de Burj Al-Mamlyak, il y a un véritable «royaume des femmes» – les hommes ne sont pas autorisés à entrer. Les adolescents préfèrent Al-Basatin, les amateurs d’accessoires stylés préfèrent Jeddah International, le marché de masse est présenté à Panorama.

Les magasins sont généralement ouverts de 9h00 à 20h00 (pendant le Ramadan – de 20h00 à 01h00), de 13h00 à 16h30 – pause déjeuner, vendredi – jour de congé. De nombreux points de vente n’ont pas d’horaire clair.

Cuisine et restaurants

Les habitants de nombreux pays arabes utilisent les mêmes recettes depuis des siècles: en raison des particularités de la géographie, du climat et de la religion, les plats sont similaires, bien qu’ils puissent être appelés différemment et complétés par des raisins secs nationaux. La cuisine d’Arabie saoudite est également un enfant de différentes traditions, du persan et du turc à l’indienne et à l’Afrique. De la viande, ils préfèrent l’agneau, le poulet, l’agneau et le boeuf, le porc sous une interdiction stricte. La méthode de traitement la plus courante consiste à frire sur du charbon de bois ou des poêles à frire chaudes sans huile ni graisse.

Les épices sont responsables du goût et de l’arôme: poivre, ail, miel, cannelle, herbes parfumées, pâte maghrébine «harissa» au chili, coriandre, zira et graines de carvi.

Plats de viande préférés – brochettes «tikka», «kultra» à la broche, shawarma, kebab, assortiment de «mezze» (jusqu’à 40 sortes de viande à la fois), pilaf «maklube», carcasse d’agneau «meshuha», boulettes de viande avec kebbe de blé, viande avec riz et noix d’oie, légumes farcis. Le dajaj à la sauce tomate, l’al-mandi au miel, le riz biryani parfumé, la cocotte haris, la pâte au feu de kibda et le djaj tannuri épicé sont préparés à partir de poulet.

Garnir – riz aux raisins secs ou oignons, couscous, houmous, falafel, bouillie de maïs «burgul» (pas un seul festin ne peut s’en passer) et pois trempés «dahna». Pour le dessert – noix et fruits confits, riz au lait «megli» et pistache «mezhlyabia», beignets au miel «ligemat» et farine frite «asyda» originale avec sucre et assaisonnements.

La boisson la plus populaire est le café, le noir classique et la lumière arabe à la cardamome, mais le thé fort aux épices ne renonce pas.

Fast-food de style arabe – ce sont des gâteaux «laffa» à la chaleur chaude farcis de viande hachée, de falafel ou de houmous, du barbecue et des brochettes omniprésents, des morceaux de pain «saride» trempés, des tartes murtabak aux œufs, trempées dans du bouillon viande hachée et autres garnitures. Autour des cafés, des cafés familiaux confortables, à Jeddah, Riyad et dans d’autres grandes villes – restaurants pathos, steakhouses et salons. Une collation dans un restaurant bon marché coûte à partir de 20 SAR par personne, un dîner dans un bon café – en 100-160 SAR pour deux.

Divertissement, excursions et attractions de l’Arabie saoudite

95% des étrangers se rendent en Arabie saoudite pour toucher les anciens sanctuaires musulmans, mais la terre, habitée à partir du 2 millénaire avant JC. e. riche en autres trésors. La nature de la péninsule est une oasis pleine de vie au milieu de déserts sans fin, des montagnes imprenables d’El-Hijaz, des parcs nationaux avec une flore et une faune endémiques. Et au milieu de cette splendeur – palais et jardins, mosquées et forteresses, monuments du passé et du présent.

Le symbole du vieux Riyad est la forteresse Masmak, construite en 1865. en grès en forme de quadrilatère régulier. Maintenant dans un bâtiment avec des fenêtres étroites, des créneaux et des tours rondes, un musée historique a été ouvert. Le gratte-ciel de Burj Al-Mamlyak, appartenant à la dynastie régnante, et la tour Al-Faisaliy couronnée d’une boule de verre géante sont ramenés aux temps modernes.

Le complexe historique d’Abdul-Aziz comprend l’ancienne résidence royale de Murabba, un parc bien entretenu et la mosquée en briques rouges d’Al-Madi.

Diraya est la première capitale de l’Arabie saoudite, fondée au XVe siècle et bientôt détruite. Maintenant, c’est un site archéologique célèbre avec les ruines de palais, de temples et de murs. La Mecque et Médine sont pleines d’objets islamiques cultes, de la Grande Mosquée aux tombes du Prophète Muhammad et de sa fille Fatima.

À Dammam, il y a un ethnomusée “Heritage Village” et une falaise avec le nom éloquent Karniz, et sur les îles côtières de Darin et Tarut – les ruines de bâtiments portuaires centenaires. Al Khobar est relié à Bahreïn par le pont King Fadh de 25 km. Al-Katif a grandi sur le site du plus ancien port du golfe Persique, et les mines de sel d’Abkayk ont été développées pendant plus de 5 000 ans d’affilée.

Aux alentours de Jubail, les restes d’une église chrétienne du IVe siècle ont été retrouvés, Hofuf est au cœur d’une des plus grandes oasis de la planète avec un vieux fort et un marché authentique. Dans la fraîcheur d’Abha, le palais Shad, qui appartenait autrefois au roi Abdul-Aziz, fait étalage, à Domat al-Jandal – forteresse nabatéenne et une mosquée fonctionnelle du 7ème siècle. Et la ville la plus mystérieuse du royaume est Madain Salih avec d’énormes tombes en pierre, rappelant la Pétra jordanienne.

Les courses de chevaux des écuries royales, les excursions dans les habitations désertiques des Bédouins, les courses de VTT et la fauconnerie contribueront à diversifier les activités de loisirs. La plongée, le yachting et la pêche en haute mer sont populaires sur la côte, et les passe-temps préférés des locaux sont les courses de chameaux, les jeux d’équipe et même les concours de beauté parmi les «navires du désert».

Les parcs naturels arabes sont également délicieux. L’immense “Asir”, ce sont les montagnes (y compris les plus hautes du royaume de Jebel Saud), les forêts, les déserts, les jardins de grenades et de tilleuls, tout un kaléidoscope de paysages. L’archipel de Farasan est habité par 87 espèces d’oiseaux de mer, ainsi que des gazelles, des dugongs et des tortues. Des falaises de granit rouge s’élèvent au nord, des gazelles et des oryx blancs vivent dans les régions centrales, le sud est parsemé de canaux fluviaux secs “oued”, de plateaux de gravier et de falaises.

Vacances et événements

Presque toutes les fêtes en Arabie saoudite sont religieuses, marquées sur le calendrier lunaire. La fin du Ramadan marque l’Aïd al-Fitr, alias Uraza-bayram avec la collecte obligatoire d’aumônes, de prières, de voyages aux invités et de fêtes. Après 70 jours, Kurban Bayram (Eid al-Adha) vient avec des ablutions et des sacrifices rituels. Leylat al-Miraj est le jour de l’ascension du Prophète Muhammad au ciel, et Mawlid al-Nabi est son anniversaire.

La seule fête laïque est le 23 septembre, date de l’unification des territoires de Nedzh, Al-Hasa, Hijaz et Katif en un seul État sous la direction d’Abdul-Aziz.

En février, à Riyad et dans ses environs, le festival grandiose du folklore et de la culture «Ginadria» gronde, dont le lieu principal est l’oasis éponyme. Des spectacles de danse ont lieu partout (les danses de arda et al-mizmar sont particulièrement intéressantes), des expositions d’artisanat, des lectures de poésie et, bien sûr, des courses de chameaux. Et la course la plus spectaculaire des chameaux royaux commence un peu plus tard, en avril-mai.

La foire annuelle d’Et-Taif se tient depuis le VIe siècle, lorsque des représentants de différentes tribus se sont réunis pour discuter de l’actualité, conclure des accords et passer un bon moment en général. Aujourd’hui, le programme comprend toutes sortes de concours, conférences, honorer les poètes et les ventes d’artisanat. Et à Djeddah, il y a deux festivals entiers: un été avec des concerts et des feux d’artifice sous les auspices des plus grands centres commerciaux et un hiver avec des spectacles folkloriques et des activités amusantes pour les enfants.

Location de voiture

En Arabie saoudite, il existe des autoroutes à huit voies de haute qualité et des chemins de fer ruraux à voie étroite minables, que tout le monde n’ose pas emprunter. À Riyad et dans les environs, la toile est neuve, capable de résister à des températures élevées et de ne pas refléter la lumière du soleil. Les routes entre les côtes sont en cours de réparation, lentement mais sûrement, mais seulement un quart de toutes les routes peuvent encore se vanter d’une surface dure. Les trottoirs dans les villes sont rares, mais presque tous les adultes ont une voiture – sinon, si elle est serrée avec les transports en commun.

Jusqu’à récemment, il était interdit aux femmes de conduire, mais les règles étaient assouplies en exigeant qu’elles soient accompagnées par des frères, des pères ou des maris jusqu’à 30 ans. Mais les dames ne peuvent toujours pas louer de voiture, ce service n’est accessible qu’aux hommes de plus de 21 ans. Pour louer dans les bureaux internationaux (Avis, Sixt, Europcar), vous avez besoin d’un permis de conduire international, d’une carte de crédit et d’un passeport.

La voiture en classe économique coûtera à partir de 160 SAR, standard – à partir de 185 SAR, SUV – à partir de 285 SAR, premium – à partir de 625 SAR par jour. Le coût de l’essence est de 2 SAR pour 1 litre.

Circulation à droite, la plupart des panneaux sont en arabe et en anglais, la vitesse maximale sur les routes de banlieue est de 120 km / h. Conduite locale fringante, ne respectant pas les limites de distance et de vitesse: il n’est pas étonnant que presque toutes les voitures aient des bosses et des rayures.

De nombreux kilomètres d’embouteillages se produisent pendant les heures de pointe à Riyad, Djeddah et d’autres grandes villes.

Garez-vous principalement sur le bord de la route, souvent en 2-3 rangées, il n’y a que des places libres dans les parkings des centres commerciaux ou dans les parkings souterrains, dont la plupart, soit dit en passant, sont gratuits. La pénalité pour stationnement inadéquat peut aller jusqu’à 1000 SAR; la conduite avec facultés affaiblies est lourde d’emprisonnement.