Cuba

Aéroports en Cuba

Les villes

À propos du pays

Certains se souviennent peut-être encore comment ils ont déchiffré le nom de ce pays il y a une quinzaine d’années: “Le communisme au large des côtes américaines”. Pas de blagues, mais Cuba reste vraiment l’un des rares bastions d’une idéologie socialiste brillante avec des attributs si familiers: le légendaire commandant Che et son disciple vivant et vivant, un ennemi idéologique extérieur en la personne des États et le patriotisme sans précédent des résidents locaux. Il existe cependant des différences radicales par rapport à l’URSS – un afflux constant de touristes toute l’année, des hôtels avec un haut niveau de service et de nombreuses possibilités de divertissement: plongée, plongée en apnée, excursions en bateau et plus sur la liste. De plus, bien sûr, nous n’oublierons pas le célèbre rhum et les cigares. Soit dit en passant, ces derniers ont fumé (et fumé) secrètement les dirigeants très idéologiquement hostiles, malgré l’embargo de Freedom Island.

Régions et stations balnéaires de Cuba

La quasi-totalité de Cuba est une côte continue avec des stations balnéaires. Plus près du centre de l’île se trouvent des villes et villages cubains plus authentiques avec des couleurs locales et des sites historiques. Cuba est un pays assez compact, et vous pouvez facilement le parcourir en quelques semaines.

Villes

La capitale cubaine La Havane est l’une des plus belles villes du Nouveau Monde. Ce sont de nombreuses époques dans une même ville: palais coloniaux, Cadillac des années 50 et gratte-ciel modernes. La Havane possède plus de 25 km de plages de sable fin, et presque toutes sont bondées. Sur les plages et les rues de la ville, il y a de nombreux restaurants de cuisine méditerranéenne, partout où ils dansent la salsa, boivent du mojito et mènent de toutes les manières possibles une vie oisive. Dans la même ville se trouve le célèbre bar El Floridita, où Ernest Hemingway aimait passer – il y a un monument à l’écrivain au bar.

La province de Matanzas et la capitale du même nom (traduit de l’espagnol par «abattage») est située à l’ouest de La Havane, n’atteignant pas Varadero. Il était autrefois célèbre pour le fait que c’est ici que les conquistadors ont subi les pertes les plus sanglantes dans la lutte contre les Aborigènes pour le territoire. Aujourd’hui, c’est une ville de ponts, «Venise cubaine», comme l’appellent les locaux. A quelques kilomètres se trouvent les célèbres grottes de Matanzans avec d’anciennes peintures rupestres, qui sont plus de 40 000. ans.

Une fois, au bar El Floridita de La Havane, Ernest Hemingway a bu 12 doubles daiquiri. Depuis lors, personne n’a battu ce record, bien qu’il y ait eu de nombreuses tentatives.

La ville de Santa Clara est un monument à la ville de la révolution. C’était ici en 1959. la fin de la dictature cubaine: le commandant Che Guevara a cassé les rails et fait dérailler le train blindé Fulgencio Batista. L’épave se trouve toujours au même endroit, et c’est aujourd’hui la principale attraction de la ville. Le mausolée d’Ernesto Che Guevara se trouve également ici, et il y a des rumeurs selon lesquelles les Américains ne sont pas autorisés à entrer.

Dans la ville de Santiago de Cuba, la chose la plus importante du pays est apparue: la musique cubaine et le rhum cubain. Don Facundo Bacardi est né ici, dont le travail vit et prospère dans le monde entier. Cette ville est considérée comme la capitale culturelle du pays, mais la culture ici est plus la rue: la musique et la danse littéralement “de tous les fers”.

La province de Pinar del Rio à l’est du pays et sa capitale du même nom ont été la dernière colonie fondée par les Espagnols à Cuba. Cet endroit est célèbre, tout d’abord, pour les plantations de tabac, l’architecture du 19ème siècle, ainsi que ses vues magnifiques. Vallée de Vinales en 1999 Elle a reçu le statut de paysages culturels de l’humanité et la vallée de la Sierra del Rosario est attrayante pour ses collines escarpées, ses cascades et ses rivières souterraines.

La ville de Trinidad a été l’une des premières colonies à Cuba. Lors de la vente de canne à sucre, les marchands locaux se sont enrichis rapidement et fabuleusement selon les normes locales et ont construit de nombreux palais luxueux qui ont survécu jusqu’à ce jour. En dehors de la ville, il y avait des plantations de canne à sucre, ainsi que des maisons où vivaient les esclaves, qui travaillaient sur ces plantations.

Resorts

Varadero est la station balnéaire la plus populaire de l’île, mais il ne reste pratiquement plus rien de la saveur cubaine. Mais de nombreux hôtels et autres infrastructures ont été construits au profit des touristes: bars, discothèques, cabarets, etc. d. Vous pouvez également parachuter, monter à bord d’un sous-marin et faire de la plongée. Soit dit en passant, la plongée ici est intéressante, car il y a de nombreux navires de guerre et avions coulés dans la mer.

Holguin est une station balnéaire cubaine d’élite. Les gens viennent ici pour le luxe, donc les hôtels sont pour la plupart cinq étoiles. Il n’y a pas de «mouvement» comme à Varadero, mais il y a une cuisine exquise, la tranquillité et d’autres plaisirs coûteux.

Îles

Toutes les îles cubaines ont des plages magnifiques et d’excellentes conditions pour ne rien faire et plonger: de nombreux poissons colorés, des coraux et tout cela dans une eau absolument claire. Il y a peu de divertissements organisés, mais vous pouvez observer des tortues de mer et d’autres animaux locaux. L’attraction la plus célèbre de l’île de Cayo Largo est l’ancien arbre de La Yana. Selon la légende, les pirates de la mer ont été guidés par lui lorsqu’ils ont caché leurs trésors. Ils vont aussi à Cayo Coco pour ne rien faire, pour se divertir – une discothèque dans une grotte. Et l’île de Cayo Guillermo n’est pas vraiment Cuba du tout, même si l’endroit est vraiment paradisiaque. Il est interdit aux Cubains de vivre ici, mais pour les touristes et les flamants roses – au contraire.

Pour une liste complète des villes, centres de villégiature et îles du pays, consultez la page villes et centres de villégiature de Cuba.

Le climat

Le climat de Cuba est un alizé tropical; le régime de température est adouci par l’influence de l’océan. Tout au long de l’année, une forte humidité est ressentie, ce qui, combiné à une température élevée, nécessite une certaine acclimatation, mais sur la côte, la chaleur est atténuée par les vents constants de l’océan. Il est conditionnellement possible de distinguer deux périodes – la saison sèche (d’octobre à mai) et la saison des pluies humides (de juin à septembre).

Il est préférable d’aller à Cuba de novembre à avril, à cette époque, il y a le summum des vacances à la plage. En mai, la saison des pluies commence (environ 10 jours de pluie par mois) et dure jusqu’en octobre, ainsi qu’en octobre et novembre – la saison des ouragans, qui est également instable, mais peut légèrement obscurcir le reste. La saison des pluies est considérée comme la meilleure pour la planche à voile – c’est à ce moment que les vagues les plus fortes montent.

Voir aussi les prévisions météo pour les principales stations et villes de Cuba.

Visa et douanes

Pour un voyage touristique d’une durée maximale de 30 jours, les citoyens de Russie et de Biélorussie n’ont pas besoin de visa pour Cuba. Pour votre tranquillité, vous devez pré-organiser une assurance santé voyage pour toute la durée du voyage.

Pour entrer à Cuba à la frontière, vous devez remplir une carte de migration (en double – la deuxième est présentée au départ), un billet de retour et une confirmation de viabilité financière au taux de 50 USD par jour et par personne (un simple relevé de carte de crédit convient). La réservation d’hôtel n’est pas obligatoire, mais soyez prêt à répondre à la question de savoir où vous prévoyez de séjourner.

L’importation en franchise de droits de 200 cigarettes, 50 cigares ou 250 g de tabac est autorisée; 3 bouteilles de boissons alcoolisées; Parfums, médicaments et articles ménagers – dans le cadre des besoins personnels. Une caméra photo et vidéo est également importée en franchise de droits (plus 5 cassettes pour chacune). Il est interdit d’importer de la drogue, de la pornographie et des armes à feu (à l’exception des fusils de chasse sportive appartenant aux touristes qui viennent dans le pays à cette fin et ont le permis approprié délivré à Cuba à leur arrivée).

Les amateurs de cigares cubains ne doivent pas oublier le moment suivant: bien qu’ils puissent être retirés de l’île autant que vous le souhaitez, mais selon nos règles douanières, vous ne pouvez pas emporter plus de 50 pièces.

Vous pouvez souscrire jusqu’à 1000 CUP et jusqu’à 5000 USD sans déclaration, pas plus de 23 cigares par personne (si les cigares sont scellés dans un emballage avec un hologramme, achetés dans un magasin spécial qui délivre des reçus et un permis d’exportation, vous pouvez exporter autant de cigares ), des marchandises d’une valeur maximale de 1 000 CUP (les bijoux ne sont exportés que si une licence est délivrée dans le magasin).

Il n’y a pas de système d’exonération d’impôt à Cuba socialiste.

L’exportation d’animaux, de biens culturels, de coquillages, d’antiquités et de métaux précieux est interdite. Lors de l’achat de bijoux ou d’articles en cuir de crocodile, il est nécessaire d’exiger au vendeur une licence d’exportation, sinon les marchandises seront saisies lors du contrôle douanier. Ces licences sont généralement délivrées uniquement dans les magasins. Sur les marchés où les produits en cuir de crocodile coûtent 3 à 5 fois moins cher, mais ne donnent pas de licences d’exportation, ces produits ne doivent pas être achetés.

Comment arriver à Cuba

Le moyen le plus simple et le plus rapide pour se rendre à Cuba est les vols réguliers directs sans escale d’Aeroflot Moscou – La Havane (environ 12 heures de vol, au départ de Chérémétiévo). Autres options: un vol de transit à travers Paris avec Air France à La Havane, à travers Amsterdam avec KLM, à travers Madrid avec Iberia, à travers Francfort avec Condor à La Havane et Varadero et d’autres transporteurs européens. La route prendra de 16 à 20 heures.

Les vols en provenance des pays de la CEI s’effectuent soit par Moscou, soit avec une correspondance dans les villes européennes.

Si les touristes voyagent avec KLM, ils devront passer la nuit à Amsterdam en raison de la connexion peu pratique des vols. Pour ce faire, vous devez demander un visa de transit et réserver un hôtel à l’avance. Il est plus pratique de séjourner dans le centre d’Amsterdam: le temps d’un passage à niveau de l’aéroport à la gare du centre-ville n’est que de 20 minutes.

Rechercher des vols pour Cuba

Détails sur la façon de se rendre dans la région populaire de Cuba – La Havane.

Le transport

Les transports publics du pays sont sous-développés; le moyen le plus pratique est de louer une voiture. Les Cubains eux-mêmes utilisent souvent l’auto-stop pour se déplacer dans les villes ou à travers le pays. . Les bus – à La Havane, ils sont appelés camallos (en raison de leur ressemblance externe avec les chameaux) – s’arrêtent tous les 4 blocs. Le prix est de 3-5 CUC, il n’est pas recommandé de vérifier avec le chauffeur – il soupçonnera un touriste en vous et en prendra beaucoup plus. Les prix sur la page sont pour décembre 2019.

Pour les touristes, il existe des taxis «touristiques» spéciaux – ce sont toujours des voitures modernes et utilisables. Ils peuvent être commandés dans n’importe quel hôtel ou simplement par téléphone; le tarif est payé uniquement en dollars. Le coût du voyage est de 0,5 à 1 USD pour chaque km de trajet. Les taxis ordinaires qui prennent des pesos sont des voitures assez vieilles, et il n’y en a pas beaucoup. Enfin, il existe également des «bombardiers» à Cuba. Leurs prix sont légèrement inférieurs à ceux des chauffeurs de taxi d’État, mais il n’y a aucune garantie de qualité.

Trafic longue distance

Les résidents locaux font souvent de l’auto-stop à travers le pays. À Cuba, il existe même une loi stipulant que les voitures du gouvernement doivent prendre des auto-stoppeurs à bord s’il y a des sièges vides dans la voiture. La mise en œuvre de cette règle est étroitement surveillée par des personnes spéciales, telles que nos agents de la circulation.

Navettes gérées par la station balnéaire de Varadero, dont les chauffeurs sont fiables, ainsi que des bus touristiques. Sur un tel bus, après avoir acheté un billet une fois, vous pouvez rouler toute la journée, sortir et vous asseoir à n’importe quel arrêt un nombre illimité de fois.

Dans toutes les grandes villes de Cuba, il y a des gares routières d’où partent les bus interurbains. Contrairement aux transports urbains, ils fonctionnent plus ou moins selon un horaire. L’option économique est Astro Bus. La flotte de bus laisse beaucoup à désirer, mais un voyage de La Havane à Varadero ne coûtera que 8 à 10 CUC. Viazul Bus est un parc plus moderne et les bus sont même climatisés. Les tarifs sont plus élevés: de La Havane à Varadero, un billet coûtera 8 à 15 USD. La société possède son propre site Web (traduit en anglais) où vous pouvez acheter des billets en ligne. Dans d’autres cas, les billets sont achetés à la billetterie de la gare, et cela doit être fait à l’avance.

Communication et Wi-Fi

La communication mobile à Cuba coûte assez cher, car il n’y a qu’un seul opérateur mobile dans le pays – ETESCA. Vous pouvez acheter une carte SIM directement à l’aéroport de La Havane (terminal 3), il y a leur bureau. Une minute de conversation avec la Russie coûtera 1,20 CUC, les appels vers des numéros locaux – 0,35 CUC. L’itinérance à partir de numéros russes fonctionne également bien, mais il est logique de comparer les tarifs.

En raison du coût élevé des communications cellulaires, les Cubains ont mis au point des signaux spéciaux pour transmettre gratuitement les messages les plus importants: un appel signifie «Je rentre chez moi», deux – «retardé», trois – «ne m’attendez pas».

Avec Internet, Cuba est encore pire. La vitesse est assez faible (vous pouvez lire le courrier et utiliser des messageries instantanées, mais vous ne pouvez pas regarder un film ou même des photos de quelque façon que ce soit). Le Wi-Fi est principalement payé à la fois dans les hôtels et dans les cybercafés, ce n’est pas le cas dans la plupart des restaurants. L’accès Internet horaire est fourni par la même société ETESCA, le coût est de 4,5 CUC par heure.

Il existe théoriquement des zones Wi-Fi gratuites, mais en fait, vous ne devriez pas compter dessus.

Hôtels à Cuba

À Cuba, il existe de nombreux hôtels de “chaînes” de renommée mondiale, principalement espagnoles, fonctionnant en formule tout compris. Presque tous les hôtels côtiers sont en première ligne de plage.

Tension secteur 110 V, un adaptateur est nécessaire, car les fiches et prises à Cuba sont plates. Certes, dans les hôtels cubains modernes, la tension est de 220 V et les prises européennes.

Le niveau de la base hôtelière est légèrement inférieur à celui de l’Europe. Les hôtels 4 * prévalent, parallèlement à cela, les stations balnéaires de Cuba offrent un grand choix d’hôtels 2 * et 3 *. Les hôtels du même niveau élevé de 5 * et 5 * Deluxe sont peu nombreux.

Dans les stations de Varadero, Cayo Coco, Cayo Largo et Holguin, tous les hôtels fonctionnent uniquement dans le cadre du programme tout compris. Seuls les hôtels de La Havane proposent un hébergement avec petit-déjeuner.

Les hôtels chers se distinguent par un très bon niveau – partout où l’alcool importé (plusieurs types) est inclus dans le prix, mais principalement les boissons seront produites localement. Le niveau de service est faible, inférieur à celui des pays voisins des Caraïbes.

Dans les hôtels fonctionnant sur le système tout compris, il n’y a pas de surtaxe obligatoire. Dans les hôtels cinq étoiles de La Havane, ils peuvent bloquer sur une carte de crédit un certain montant qui, au moment de quitter l’hôtel, sera débloqué si les touristes n’ont pas engagé de frais supplémentaires.

Une petite nuance est l’enregistrement à l’hôtel après 15h00, mais la libération des chambres, comme dans le monde entier, jusqu’à midi.

Tous les hôtels de plage proposent gratuitement des chaises longues, des serviettes et des parasols. Parfois, une caution est demandée pour les serviettes, qui est remboursée au départ de l’hôtel.

De l’argent

L’unité monétaire du pays se trouve dans les zones touristiques – Peso cubain convertible CUC, dans le reste du pays – Peso cubain non convertible CUP. Taux actuel: 1 CUC u003d 64,12 RUB (1 USD u003d 1 CUC, 1 EUR u003d 1,11 CUC).

Oui, sur l’île de la Liberté, il y a deux unités monétaires en circulation à la fois: une pour les résidents locaux, l’autre pour les touristes (devinez laquelle a le préfixe «confluent»). Les pesos convertibles ne sont courants que dans la zone touristique, et les touristes peuvent même ne pas voir de monnaie locale «ordinaire».

Les dollars américains dans le pays sont interdits depuis 5 ans déjà, ils doivent être échangés contre des pesos convertibles, et la plupart des banques et des bureaux de change facturent des frais – jusqu’à 20%. Mais lors de la conversion des euros, il n’y a pas de commission, il est donc beaucoup plus rentable d’apporter cette monnaie au pays.

La principale différence entre un peso convertible et un peso ordinaire est l’inscription «convertible».

L’argent peut être échangé dans les succursales bancaires, l’aéroport et dans presque tous les hôtels, mais le taux y sera moins rentable. Les banques sont ouvertes du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 15h00, le samedi de 8h30 à 10h30. Dans les stations balnéaires cubaines, les cartes de crédit des principaux systèmes sont utilisées. Jusqu’en mars 2015 toute transaction sur des cartes émises par des banques américaines était interdite sur l’île. À ce jour, cette interdiction a été levée, et Mastercard a officiellement annoncé que les opérations ne sont plus bloquées, mais en fait des échecs avec les cartes américaines se produisent toujours. Les chèques en dollars américains et en livres sterling sont également acceptés partout, mais s’ils sont émis par une banque américaine, il y a parfois des problèmes.

Les pourboires représentent dans la plupart des cas environ 10% du coût du service. Le portier et la femme de chambre de l’hôtel se retrouvent généralement avec jusqu’à 1 CUC ou 1 EUR.

Comment éviter les problèmes

Sur Liberty Island, les touristes devraient respecter les précautions standard – garder les objets de valeur, les documents et l’argent dans un coffre-fort. Il n’est pas recommandé de boire de l’eau du robinet, ni de manger dans des restaurants privés. À Cuba, les équipements militaires, le personnel militaire et les entreprises industrielles ne peuvent pas être photographiés. Les gens prennent généralement des photos avec plaisir, mais vous devez d’abord demander la permission.

Il n’y a presque pas de prédateurs, de plantes vénéneuses et d’autres créatures dangereuses à Cuba. Les requins ne nagent pas non plus dans les eaux locales, car les plages sont protégées par des récifs coralliens. Mais dans les récifs eux-mêmes, il y a des murènes assez désagréables, dont la brûlure apparaît sur la peau, des méduses venimeuses et des oursins. Sur les plages des hôtels, toutes ces créatures vivantes sont généralement mises en évidence, mais dans la nature, cela vaut la peine d’être prudent.

Les Cubains sont un peuple amical et joyeux, mais surtout pauvre, donc la mendicité, le vol et la fraude prospèrent ici. Ne laissez pas votre téléphone portable sur une table dans un café, ne transportez pas de grosses sommes d’argent et des équipements coûteux, surtout le soir et la nuit. Il vaut mieux ne pas apparaître du tout dans la Vieille Havane la nuit – les chances de se faire voler augmentent parfois.

Ne conduisez pas dans l’obscurité et ne conduisez pas trop vite: les routes à Cuba sont assez glissantes et il n’y a pratiquement pas d’éclairage nulle part. De plus, il existe un risque de renverser des animaux qui sautent souvent sur la chaussée, et à Cuba, pour cela (notamment pour entrer en collision avec des vaches), des amendes considérables. Essayez de ne pas sélectionner de compagnons de voyage: l’auto-stop est accepté dans ce pays, mais la voiture de location est immédiatement visible, ce qui signifie que vous êtes un touriste et que vous avez de l’argent. De nombreux voleurs se jettent même délibérément sous les roues pour faire arrêter le conducteur et sortir de la voiture. Dans ce cas, allez immédiatement à la police.

Ambassade de Russie à La Havane: 5-a Avenida, N 6402, entre 62-66, Miramar, La Habana; tél. : 204-10-85, 204-26-86, 204-26-28, 204-10-80; site Web

Consulat général à La Havane: 5-a Avenida esq. un 66, n ° 318, Miramar, La Habana,; tél. : 204-10-74, 204-10-85.

Police: 116 et 820-116, ambulance: 242-811, pompiers: 811-115, bureau d’information de l’aéroport: 45-31-33.

Plages de cuba

Les plages de Cuba sont parmi les meilleures de la planète: sablonneuses, avec un accès pratique à la mer, beaucoup sont marquées du drapeau bleu, en plus, elles sont toutes municipales et gratuites.

La plupart des hôtels de la côte ont des zones protégées séparées de la plage, où vous pouvez difficilement trouver la population locale. Les transats et les parasols sont gratuits.

Vous pouvez aller en toute sécurité dans n’importe quel complexe et être satisfait. Mais si vous choisissez le meilleur des meilleurs, vous devriez faire attention aux plages suivantes:

La plus longue plage de Cuba est Varadero: près de 22 km de sable blanc avec transats, parasols, cafés de plage et autres infrastructures touristiques. Presque toutes les plages ici sont dans des hôtels, donc elles sont toujours propres et il n’y a pas d’étrangers suspects. Varadero est peut-être la station balnéaire la plus amusante et bruyante de Cuba, il y a beaucoup de discothèques ici, donc les jeunes et les moins fêtards devraient y aller. Varadero convient également aux touristes qui préfèrent des vacances tout compris – la plupart de ces hôtels sont concentrés ici.

Pour les familles avec enfants, la plage de Santa Lucia convient (à environ 110 km au nord-est de la ville de Camaguey). Il a un fond sablonneux peu profond confortable, il n’y a pas de vagues, et comme il n’y a aucun moyen d’accéder à cette plage en bus réguliers, il n’y a pas beaucoup de monde même en haute saison. Ce sont des endroits très calmes et magnifiques, mais pour les amateurs de sports extrêmes, il y a aussi des divertissements: la plongée avec les requins.

Le vieil homme Hemingway a appelé l’île de Cayo Guillermo et ses plages l’endroit le plus paradisiaque de la planète, et il en savait beaucoup. La plage de Pilar est célèbre pour son sable blanc et sa belle nature sur l’île. Il est interdit aux habitants de s’installer à Cayo Guillermo.

Un autre endroit extrêmement romantique est Ancon Beach (à 6 km de Trinidad, un bus part de la ville toutes les heures). C’est une plage de sable longue d’un kilomètre entourée de palmiers. Pour les amoureux de vacances plus isolées, il y a les îles de Cayo Blanco de Casilda et Cayo Macho de Afuera, qui la plupart du temps sont complètement inhabitées.

Plonger à Cuba

Il existe de nombreux sites de plongée adaptés à Cuba, mais Cayo Coco, Cayo Largo, Cienfuegos, Santiago de Cuba et Maria la Gorda (province de Pinar del Rio), îles du nord de Cuba Jardines sont considérées comme les meilleures. del Rey (Royal Gardens), ainsi que l’île de Huventood, qui serait le prototype de l’île au trésor de Stevenson. Partout garanti une eau transparente, un monde sous-marin intéressant, des poissons et des coraux colorés, ainsi que l’épave de navires de guerre et d’avions.

La plongée à La Havane et à Varadero est également intéressante, mais en raison du grand nombre de touristes, vous devrez probablement faire la queue.

Une plongée coûte à partir de 30 USD, la nuit – à partir de 40 USD. Pour les débutants, il y a des cours CMAS (les cours PADI sont moins courants, il vaut mieux y aller avec votre propre certificat). Tout l’équipement est disponible dans les centres de plongée locaux, il n’est généralement pas neuf, mais tout à fait opérationnel. Quant aux instructeurs, il n’y a pas lieu de s’inquiéter – il est presque impossible de tomber sur un profane. Cependant, les russophones ne se trouvent qu’à Varadero et aux jardins royaux, le reste devra être expliqué en espagnol ou en anglais.

Les principaux avantages de «Diving Cuba» sont l’excellente préservation de l’écosystème, les conditions climatiques favorables, le haut niveau de développement de l’industrie de la plongée, la disponibilité de sites de plongée de tous niveaux de complexité.

Achats

De Cuba, vous pouvez apporter du corail noir et des produits qui en proviennent, des produits en écaille de tortue (bracelets et épingles à cheveux), un tumbador ou un bongo (instruments de musique à percussion utilisés dans les airs africains), du guayabera (une chemise portée par des fonctionnaires des tropiques) et Chaussures brésiliennes. Assurez-vous d’acheter du rhum cubain, de vrais cigares cubains et du café cubain. Eh bien, bien sûr, tout ce qui concerne la révolution cubaine: des albums de photographies en noir et blanc, des T-shirts et des bérets avec des portraits du Che.

Presque tous les magasins sont ouverts du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00, mais certains sont ouverts jusqu’à 20h00. Le samedi – de 9h00 à 15h00. Dans les zones de villégiature, les magasins et les supermarchés sont généralement ouverts plus longtemps. De plus, n’oubliez pas qu’en milieu de journée presque tous les points sont fermés pour la sieste.

Les centres commerciaux à Cuba sont uniquement à La Havane, vous devrez donc faire des achats dans les petits magasins et marchés.

Le rhum est vendu partout et ses prix sont presque les mêmes partout. Il sera intéressant de visiter la fabrique de rhum d’Arrechabala (près de Varadero), de regarder le processus de production, de goûter tout ce qu’ils donnent et d’acheter quelques bouteilles pour la mémoire. Derrière les cigares, vous devez vous rendre au musée du cigare de la vieille Havane, au magasin de l’usine Real Fabrica de Tabaco Partagas de La Havane ou aux magasins de la chaîne Casa del Habano, qui se trouvent dans toutes les grandes villes et stations balnéaires. Là, vous avez la garantie de vendre des produits de qualité et, si nécessaire, emballés dans un emballage spécial avec un hologramme si vous souhaitez emporter plus de 23 pièces autorisées.

Cuisine et restaurants de Cuba

La cuisine créole est courante sur l’île, dont les principaux ingrédients sont le porc et le poulet, cuisinés de différentes manières. L’un des plats nationaux les plus populaires est le «créole Akhiako» – du porc aux légumes et beaucoup d’épices. Il vaut également la peine d’essayer les homards avec des plats au citron, au crocodile ou à la tortue, des œufs de tortue. À Cuba, beaucoup de fruits sont préparés et servis pour presque tous les plats. Le café est infusé très fort et sucré.

Boissons nationales – Rhum cubain et nombreux cocktails à base de celui-ci: mojito, Cuba libre, daiquiri et bien d’autres.

Il y a peu de restaurants au sens classique du terme à Cuba, et ils sont tous situés dans des zones touristiques et des stations balnéaires. Ils acceptent généralement les cartes de crédit, mais les perturbations ne sont pas rares, il est donc préférable d’y aller avec de l’argent (pesos convertibles). La facture moyenne dans un bon restaurant est d’environ 30-40 CUP par personne sans boissons, dans un budget vous pouvez rencontrer 10-15 CUP. Il existe également de nombreuses pizzerias et restaurants de hamburgers à Cuba. Vous pouvez y manger à peu de frais (2-5 CUP) et souvent 24 heures sur 24, mais uniquement pour de l’argent. Une autre histoire est les bars cubains. La plupart d’entre eux sont très colorés et avec l’histoire, ils ne s’y nourrissent pas (maximum de noix et frites), mais vous devez essayer tous les daiquiri.

Divertissement et attractions

Il n’y a pas autant d’attractions culturelles à Cuba que dans d’autres pays, beaucoup ont été détruites par les colonialistes espagnols au XVIe siècle. La principale richesse de l’île est sa beauté naturelle. Paysages pittoresques, parcs nationaux et un monde sous-marin incroyable – c’est ce qui attire chaque année des milliers de touristes à Cuba.

Les sites historiques sont concentrés dans les villes, la plupart, bien sûr, dans la capitale, La Havane. La région la plus intéressante du point de vue touristique est la Vieille Havane, classée par l’UNESCO sur la Liste du patrimoine mondial de l’humanité. Il vaut la peine de voir la cathédrale de St. Christopher, le Havana Capitol – plus grand que Washington en taille. Les places de la ville sont également intéressantes: l’armurerie (Plaza de Armas), la cathédrale (Plaza de la Catedral) et l’ancienne (Plaza Vieja), autour desquelles se trouvent de vieux bâtiments et structures, ainsi que la place de la révolution Jose Marti avec un mémorial et un obélisque . Au sommet de ce dernier se trouve le pont d’observation le plus haut de la ville.

La province de La Havane sera particulièrement intéressante pour les amateurs de tourisme écologique et d’aventure, il y a de nombreuses plages isolées tranquilles. Dans la région d’Escaleras de Haruko, il y a de nombreuses grottes et falaises abruptes: c’est bon pour les amateurs de spéléologie. Vous pouvez visiter le musée de l’humour à San Antonio de los Banos, et le village côtier de Santa Cruz del Norte est célèbre pour produire le célèbre rhum Havana Club.

Dans la ville de Santa Clara (province de Villa Clara) est un mémorial pour eux. Che Guevara et ses restes sont stockés. Dans la petite ville de Remedios, le musée du carnaval de la ville, le musée de musique Alejandro Garcia Caturla et la principale église paroissiale de St. Jean-Baptiste, qui est considéré comme l’un des plus curieux de Cuba.

La ville de Pinar del Rio dans la province du même nom est intéressante pour son musée des sciences naturelles, le palais de Guache, le théâtre Milanes et la fabrique de cigares Francisco Donatien.

L’île Huventud est la deuxième plus grande de l’archipel cubain. Voici la célèbre réserve naturelle de Los Indios San Felipe avec une flore et une faune uniques, la prison Presidio Modelo, une copie de la prison américaine de Joliet en Illinois (Fidel Castro purgeait une peine de prison) et le parc national marin de Punta Frances »et le centre de plongée international« El Coloni ».

Dans la province de Matanzas, en plus des grottes avec des peintures rupestres, il vaut la peine de visiter la capitale provinciale du même nom. À visiter: la place Vihia (lieu fondateur de la ville), la place de la Liberté, la chapelle de Montserrat (construite à l’image d’un temple en Catalogne), le château de San Severino (en raison de sa taille, il est considéré comme l’une des principales forteresses espagnoles d’Amérique) et les ruines de “Triumvirato” – au XIXe siècle, il y a eu le plus grand soulèvement d’esclaves africains de l’histoire cubaine. Les principales attractions de la péninsule de Zapata: le village des Indiens Taino à Guam, la pépinière de crocodiles à La Boca, les réserves naturelles de Santo Tomas et La Salina, ainsi que le musée historique de Playa Giron.

Vous devez encore faire un voyage dans les magnifiques parcs nationaux de Cuba.

En ce qui concerne la vie nocturne, il est logique d’aller à Varadero, les discothèques les plus populaires pour les touristes sont à l’hôtel Bellamar (Varadero), Tuxran et Riu Las Morlas, la discothèque Mambo Club.

Vacances et événements

Les Cubains sont pour la plupart catholiques, mais à cause du passé communiste mouvementé, il n’est pas de coutume de célébrer Noël catholique dans ce pays. Dans la nuit du 25 décembre, en règle générale, ils dînent dans le cercle familial, les cadeaux ne sont pas donnés entre eux.

Le Nouvel An (1er janvier), au contraire, est célébré bruyamment et gaiement. Ce soir-là, les discothèques de plage sont ouvertes, des concerts et des fêtes ont lieu, ils sont particulièrement adaptés aux affaires dans les grandes villes.

Le 2 janvier est le jour le plus important du pays – le jour de la libération et de la victoire de la révolution cubaine. C’est un jour de congé officiel dans tout le pays, des processions solennelles ont lieu dans les villes, le président prononce un discours pathétique, les Cubains félicitent tout le monde dans la rue d’affilée et se terminent par des festivités publiques avant l’aube.

Le pays aime beaucoup les vacances héritées de l’ère communiste. Il est toujours célébré le 1er mai comme il était de coutume en Union soviétique – avec des démonstrations, des fleurs, des chansons patriotiques pleines d’entrain et des promenades dans la ville. Le 26 juillet est célébré comme la Journée nationale de la rébellion, également avec des défilés et des manifestations, et le 10 octobre est le jour de l’indépendance: le lieu principal est un monument à Carlos Manuel Cespedes (“père de la mère patrie”, l’un des chefs de file de la guerre de dix ans cubaine contre les colonialistes espagnols) sur la place de La Havane, pour à qui les fleurs sont déposées. Personne ne travaille ce jour-là non plus.

Le week-end du 15 juillet au 15 août, Cuba accueille peut-être l’événement le plus coloré et amusant de l’année: le carnaval de La Havane. Ces jours-ci dans la capitale, les monstres se rassemblent de partout dans le pays, s’habillent en costumes, dansent, boivent des daiquiri et s’amusent de toutes les manières possibles littéralement 24h / 24. Beaucoup agissent en équipe et se préparent à l’avance pour le carnaval afin d’éclipser sûrement tous les autres participants à la danse. Un autre carnaval a lieu fin juillet dans la ville de Santiago de Cuba. Le scénario est le même: s’habiller, boire et danser. Il est très pratique que les deux fêtes tombent à peu près au même moment: vous pouvez visiter les deux carnavals lors du même voyage.

Pendant la première semaine de décembre, Cuba accueille l’un des événements culturels les plus importants pour toute la population hispanique de la planète – le Festival du nouveau cinéma latino-américain. En termes de prestige, ce prix du film est assimilé à un Oscar – pour les réalisateurs, les acteurs et les autres travailleurs du cinéma, c’est un grand honneur que de recevoir ce prix.

Et fin février, des fumeurs du monde entier viennent à La Havane, alors que se déroule le Festival international des cigares cubains. Elle dure 5 jours, à cette époque des visites guidées d’usines et de plantations de tabac, des ventes aux enchères et des concours, ainsi que des concerts, des présentations et des réceptions festives, où vous pourrez déguster une variété de cigares avec un verre de vin ou de rhum.

Location de voiture

Il n’est pas difficile de louer une voiture à Cuba: pour cela, vous devez payer le loyer et les frais de sécurité. Les bureaux des bureaux de location se trouvent dans toutes les grandes villes et centres touristiques. Pour louer une voiture, vous devez fournir un permis de conduire international et un passeport. Lors du paiement d’un dépôt de garantie en espèces, une carte de crédit n’est pas requise, le montant du dépôt dépend de la marque de la voiture et varie en moyenne de 150 à 300 CUC.

Le loyer est autorisé à partir de 21 ans. La qualité des voitures est la plus diversifiée, et les agences ne peuvent pas toujours fournir même une voiture pré-réservée. Le coût de l’essence à Cuba est très élevé – 1,20-1,40 CUC par litre.

Le code de la route est standard, la circulation est à droite, il y a peu de voitures sur les routes (mais il y a plus qu’assez de cyclistes). La qualité des routes centrales est assez bonne, les routes secondaires laissent souvent beaucoup à désirer, et les marquages et les panneaux sont pratiquement absents. Ainsi, pour les voyages indépendants à travers le pays, les touristes ont besoin de faire preuve de patience et d’attention: il faut parfois chercher la bonne direction pendant longtemps.

Tous les nombres de voitures à Cuba sont de différentes couleurs: bleu – voitures d’État, jaune – privé et rouge – "touriste". Ces derniers bénéficient de certains «avantages» sur les routes, les policiers observent généralement à travers les doigts les infractions mineures du conducteur. Certes, à La Havane, les règles de circulation sont les mêmes pour tout le monde.